LES NOUVELLES VARIÉTÉS POTAGÈRES : des progrès spectaculaires

Publié le par Philipe BAUMAUX

LES NOUVELLES VARIÉTÉS POTAGÈRES : des progrès  spectaculaires

Au potager, les espèces que vous pouvez cultiver sont très nombreuses. Pour chaque espèce, vous avez également un grand choix de variétés. Bien sûr, vous appréciez déjà certaines variétés bien connues.

En plus de ces variétés que vous cultivez habituellement, essayez des nouveautés : les nombreux progrès qu’elles apportent, tant au niveau de la culture que de la qualité de la récolte, vous les feront adopter rapidement. Parmi ces nouveautés, certaines sontdes hybrides, d’autres non.

 

Les variétés hybrides : de quoi s’agit-il ?

Pour de nombreuses espèces : asperge, aubergine, carotte, chou, concombre, cornichon, courgette, endi ve, épinard, maïs doux, melon, poivron, radis, tomate... il existe des variétés hybrides.

Les plus courantes sont les hybrides appelés « F1 ». Ils sont issus du croisement de 2 parents choisis pour leurs caractères intéressants et complémentaires : par exemple, rendement et résistance aux maladies pour un parent, précocité et qualité gustative pour le second.

 

 

Les caractères intéressants pour les jardiniers sont très nombreux et les possibilités de croisement entre parents sont presque infinies. Tout l’art des sélectionneurs est de trouver les meilleures combinaisons possibles. Après des essais pendant plusieurs années et dans des conditions très diverses, seuls les hybrides F1 les plus performants seront commercialisés.

 

 

 

Pour cela, il faut tout d’abord que la nouvelle variété passe un examen de passage afin qu’elle soit inscrite au Catalogue Officiel des espèces et variétés. Cette nouvelle variété est ainsi décrite en détail avec une notation de ses caractéristiques. Ensuite, la production de semences de ces hybrides demande un travail long et minutieux.

 

La production de semences : rigueur et vigilance

Au départ, le sélectionneur possède une quantité limitée de semences de la nouvelle variété. Il va donc la multiplier pour répondre aux besoins du marché. Le cycle de multiplication débute par la sélection des porte-graines des 2 parents. Elle est effectuée dans des serres où aucun insecte ou pollen étranger ne peut pénétrer. La pollinisation des plantes est assurée par des insectes (bourdons, abeilles...) lâchés à l’intérieur. Seules les plantes qui correspondent exactement aux porte-graines recherchés sont retenues et les semences récoltées. Les semences de ces porte-graines sont ensuite confiées à des agriculteurs-multiplicateurs qui vont les cultiver avec l’aide des techniciens de l’établissement semencier. Cette multiplication nécessite de respecter des règles strictes, en particulier d’isolement des cultures pour assurer la pureté variétale des semences.

 

 

 

Des contrôles sont réalisés régulièrement pour vérifier le niveau de germination des semences.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les récoltes sont livrées à la station de semences où elles sont soigneusement nettoyées, triées et calibrées puis stockées dans des conditions appropriées à leur bonne conservation, avant leur mise en sachet.

 

 

 

 

 

Toutes les nouvelles variétés sont-elles des hybrides ?

Parmi les nouvelles variétés créées chaque année par les sélectionneurs, il n’y a pas que des variétés hybrides. C’est le cas par exemple pour les haricots, les laitues, les poireaux, les petits pois...

Pour ces espèces, la sélection classique apporte aussi de nombreux progrès. En effet, ces nouvelles variétés ont également été sélectionnées pendant un grand nombre d’années sur la résistance aux maladies, la qualité de la récolte, la précocité, le rendement, l’adaptation à la congélation.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article